Home Ressources Publications clés Nouvelles du projet Pour un soutien renforcé à l’implication des jeunes dans l’agriculture et les TIC
Mardi 15 Mars 2011 14:52

Pour un soutien renforcé à l’implication des jeunes dans l’agriculture et les TIC

Évaluer cet élément
(0 Votes)

photodegroupe

Appel lancé par les participants à l’atelier d’échange et de formation des jeunes des pays ACP sur les outils du Web2.0 pour le Développement Agricole et Rural (Accra, 7 au 11 mars 2011)

Nous,  environ 30 jeunes, acteurs du développement rural, jeunes chercheurs et étudiants, représentant 18 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, avons pris part, du 7 au 11 mars 2011 à Accra (Ghana), à des débats animés sur les politiques agricoles et l’implication de la jeunesse dans ce secteur. Nous avons renforcé et partagé nos connaissances sur l’utilisation  de divers nouveaux outils numériques pour moderniser le travail dans le secteur agricole. C’était à l’occasion de l’Atelier d’échange et de formation des jeunes sur les outils du Web2.0 pour le développement agricole et Rural.

Nous avons été réunis par l’initiative « Agriculture développement rural et Jeunesse dans la société de l’information » (ARDYIS), mise en oeuvre par le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE (CTA) en collaboration avec plusieurs partenaires. Les sessions d’échanges, intenses, pratiques et multilingues, ainsi que l’atelier de renforcement des capacités TIC ont été organisés en partenariat avec l’Institute for Scientific and Technological Information (CSIR – INSTI) du Ghana. Nous sommes désormais motivés et préparés à partager nos compétences nouvellement acquises dans les outils avancés du web 2.0 et à soutenir le réseautage au sein de la jeunesse impliquée dans le développement agricole et rural dans nos pays.

  • Du besoin de soutiens politiques

Nous croyons fortement que nos compétences nouvelles en matière d’utilisation des TIC, notre nature ingénieuse, notre enthousiasme et toute réussite que nous pourrons atteindre nécessitent des politiques agricoles tout aussi pertinentes, réfléchies, multi-dimensionnelles et dynamiques dans tous les pays ACP. Nous reconnaissons que la situation entre pays varie mais nous partageons les mêmes réalités sur beaucoup d’aspects clés. Dans beaucoup de pays ACP, l’agriculture représente plus de 50 % du produit intérieur brut et la jeunesse, indépendamment de la façon dont elle a été définie, constitue une large portion de la population. En Afrique, plus de 60 % de la population sont actifs dans le secteur agricole. Néanmoins, l’implication de la jeunesse dans le secteur reste étonnamment bas, alors que le taux de chômage dans cette population reste particulièrement élevé.

  • Recommandations politiques

Rappelant la nouvelle reconnaissance internationale de l'importance de l'agriculture pour nos pays, nous exhortons les gouvernements et institutions ACP  à nous aider à prendre en charge cette problématique clé du développement, notamment en nous impliquant dans un dialogue constructif autour des recommandations politiques suivantes :

Au sujet de l’enseignement de l’agriculture

Recommandation 1 : Opérer une révision approfondie du contenu des programmes d’enseignement de l’agriculture dans tout le groupe des pays ACP. Ce contenu DOIT refléter le dynamisme du secteur agricole et doit notamment intégrer des cours et modules qui apportent aux étudiants les compétences nécessaires pour rédiger et mettre en œuvre des projets d’entreprise ; ces programmes doivent également leur permettre de pouvoir utiliser, analyser et développer des applications TIC pour le développement agricole.

L'absence de l’agriculture dans le cursus scolaire, en particulier au niveau de l'enseignement obligatoire dans certains pays ACP, est indéfendable. Le mode actuel de l'éducation dans la plupart des pays en développement est orienté vers la formation de « cols blancs », ce qui ne reflète pas le contexte économique et social pour lequel nous sommes formés. Il ne s'agit pas de suggérer que les pays ACP ne s’engagent pas dans une certaine expansion économique ; cependant les politiques éducatives ne doivent pas nier les besoins actuels de l'économie. Une des réponses consiste à encourager l’intégration significative de l'agriculture dans les programmes des écoles primaires et secondaires. Dans de nombreux cas, l'agriculture est considérée comme une composante optionnelle qui est enseignée avec peu d’enthousiasme; son introduction généralisée et obligatoire, appuyée par des ressources appropriées, aidera à motiver les jeunes à avoir une opinion plus positive des possibilités d'emplois dans le secteur.

Mesures incitatives pour la recherche et la formation

Recommandation 2 : Mettre en place un ensemble adapté de bourses, de subventions d'études, de formations et de prêts de recherche à taux réduits pour les jeunes de moins de 35 ans qui sont désireux de poursuivre des études dans les domaines clés du développement agricole et rural, tels que l'agronomie, la biotechnologie, la vulgarisation agricole, la science et les technologies alimentaires, l’ingénierie agricole, la chimie agricole et la gestion de l'eau.

Présentement, dans la plupart des pays ACP, le système éducatif favorise les arts et les sciences sociales, secteurs qui, dans nos économies, se  développent trop lentement pour fournir suffisamment d’opportunités d’emplois. Ceci devrait être complété avec des dispositifs d’apprentissage améliorés.

Renforcement des capacités

Recommandation 3 : Mettre en place et expérimenter un solide programme de vulgarisation par les pairs, adapté au contexte local, concernant les bonnes pratiques agricoles et l’agro-alimentaire ; instituer également un programme d'agents TIC pour renforcer les capacités des jeunes et nouveaux agriculteurs pour les aider à développer leurs activités commerciales, à la fois dans les régions éloignées et en zones urbaines. Ces dispositifs peuvent également être intégrés dans les programmes de service national des jeunes. Nous demandons aussi l’augmentation des allocations pour les chercheurs travaillant sur de nouvelles solutions aux défis agricoles dans les universités des pays ACP.

Notre expérience collective montre qu’un grand nombre de jeunes des pays ACP sont intéressés à poursuivre une carrière dans le domaine de l'agriculture mais qu’ils sont handicapés par des compétences, des connaissances et des possibilités de formation limitées. La résolution de ces problèmes complexes nécessite une attention urgente. Il en résultera une croissance forte des économies  vu l’impérieuse nécessité de réduire les importations de produits alimentaires.

Appui financier

Recommandation 4 : Créer des conditions financières claires, permettant l’octroi de micro-crédits sans garantie adaptés aux besoins des jeunes agriculteurs et des développeurs de logiciels dédiés au monde rural et agricole. À court terme, nous appelons également les gouvernements des pays ACP à instaurer des fonds (prêts, dons) spécifiquement destinés aux jeunes agriculteurs et développeurs d’applications TIC.

Généralisation de l’utilisation des TIC

Recommandation 5 : Mettre en place des incubateurs d'entreprises TIC dans les différentes régions au cours des cinq prochaines années pour favoriser l’émergence de réponses efficaces contextuelles et technologiques aux problèmes agricoles. Ceci viendrait en appui aux processus de décentralisation que nous exhortons les responsables politiques des pays ACP à accélérer immédiatement. Dans ce contexte, le renforcement de capacités  des agriculteurs et des formateurs, afin qu’ils puissent maîtriser les applications des TIC, est une question primordiale.

Il y a un usage relativement limité des TIC dans le secteur agricole dans les pays ACP. L'adoption des TIC et des autres nouvelles technologies dans l'agriculture est fortement tributaire des compétences des formateurs qui sont généralement des agents de vulgarisation. La formation de pool d'agents de vulgarisation très compétents est cruciale pour la mise en œuvre réussie de la recommandation ci-dessus. L’amélioration des infrastructures de communication et de transport est également nécessaire.

Cadre juridique, égalité des sexes et jeunes marginalisés

Recommandation 6 : Il est vital de mettre en place des instruments juridiques pour faciliter la participation accrue des jeunes dans les TIC, en particulier les femmes, les jeunes handicapés et les jeunes marginalisés ayant les compétences adéquates et qui en manifestent l’intérêt. Nous approuvons clairement qu’il soit accordé une priorité à ces groupes dans les programmes de réforme agraire. Nous demandons également aux pays ACP d'institutionnaliser de façon significative la participation des jeunes dans la prise de décision en matière de politique agricole, en tenant pleinement compte des différents besoins des hommes et des femmes et des défis différents auxquels ils sont confrontés.

L'accès aux ressources dans les pays en développement est souvent restreint à des groupes excluant les jeunes, en particulier les femmes et les jeunes des communautés marginalisées. Cette situation est aggravée par un manque de dispositifs juridiques garantissant l'égalité des chances pour les jeunes, en particulier les femmes et les jeunes issus de milieux marginalisés. Le développement des pays ACP dépend de la création d'opportunités équitables pour tous, soutenue par des lois claires et contraignantes.

Nous reconnaissons que les recommandations faites ici ne sont pas suffisantes pour traiter la totalité des difficultés rencontrées par les jeunes agriculteurs dans les pays ACP. Néanmoins, ces six recommandations clés sont essentielles à tout effort qui entend aider à modifier l'image peu reluisante et les divers défis du secteur agricole dans le groupe ACP. Nous sommes impatients de poursuivre le dialogue avec les décideurs politiques, les militants, les jeunes agriculteurs, les chercheurs et tous ceux qui partagent notre cause.

Faisons en sorte que nos pays ACP deviennent des endroits agréables où il fait bon vivre, apprendre, travailler, que nous allons développer et que nous pouvons fièrement appeler  notre demeure ! A l’image de la déclaration récente d’un dirigeant de l’Union Africaine, nous proclamons « Commençons à nourrir les ACP à travers les nouvelles technologies : AGISSONS MAINTENANT ! »

Accra, le 11 mars 2011

Nawsheen during call



Signataires :


Jeunes participants
Umeasiegbu Nonyelum Sandra (Nigeria) - Anthony Itodo Samuel (Nigeria) - Tia Moses Nganwani (Ghana) - Christie Samantha-Kaye Deniseb (Jamaïque) - Chanda Isaac (Zambie) – Kenosi Loeto Ronald (Botswana) - Hosenally Bibi Nawsheen (Maurice) - Gondwe Sangwani Rebeccah (Malawi) - Haynes Jason (Saint Vincent et les Grenadines) - George Marcus (Trinité et Tobago) - Gosai Riten Chand (Iles Fidji) – Menzies Gaynelle (Jamaïque) - Hall Tyrone Christopher (Jamaïque) - Moot Dennis (Ghana) – Ngige Chris Mwangi (Kenya) - Zvavanyange Raymond Erick (Zimbabwe) – Mangena Gerald Musakaruka (Zimbabwe) - Adaha Zodigbé Aristide (Bénin) - Dacko Goudjo Gabriel (Cameroun) - Traore Inoussa (Burkina Faso) - Wilson Gitau Karuga (Kenya) - Diouf Moustapha Waly (Sénégal) - N'Dépo Akaffou Euphrem (Côte d'Ivoire) – Makau Caroline Mwende (Kenya).
Autres acteurs présents qui appuient cet appel
Martine Koopman (International Institute for Communication and Development - IICD) - John Stephen Agbenyo (SavSign, Ghana) - Koffi Akoutse (ONG École et vie, Togo) - Martin Bosompem (Young Professionals’ Platform  for Agricultural research for Development - YPARD) - Technical Center For Agricultural and Rural Cooperation (CTA), Institute for Scientific and Technological Information (CSIR – INSTI - Ghana).

ARDYIS est mis en œuvre en partenariat avec un comité consultatif qui comprend :le  Forum for Agricultural Research in Africa (FARA), l’African Network for Agriculture, l’Agroforestry and Natural Resources Education (ANAFE), le Pacific Agriculture and Forestry Policy Network (SPC/PAFPNet),le  Caribbean Farmers’ Network (CAFAN), l’association Yam-Pukri (Burkina Faso), l’African Youth Foundation (AYF).

- Voir la version pdf ci-dessous
- Plus d'information sur les activités, suivez le lien

Dernière modification le Mercredi 21 Septembre 2011 13:52