Afficher les éléments par tag: ICT The purpose of ARDYIS is to raise youth awareness and capacity on agricultural and rural development issues in ACP countries through ICTs. http://ardyis.cta.int Tue, 21 Aug 2018 12:06:04 +0000 Joomla! 1.5 - Open Source Content Management fr-fr Celebrating Girls in ICT Day http://ardyis.cta.int/fr/activites/autres-activites/item/292-celebrating-girls-in-ict-day http://ardyis.cta.int/fr/activites/autres-activites/item/292-celebrating-girls-in-ict-day


Today (28 April) is the International Girls in ICT Day and the Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation ACP-EU (CTA) is celebrating with young women in ICT, Agriculture and related fields. Are you a young woman interested in innovation for agriculture? As part of today's celebration, you can win a print copy of our new publication "Innovate for Agriculture" and learn from it how to drive successfully ICT innovations in agriculture. You can also win other nice gifts! If you are interested, all you need to do is to:

  • like our Facebook Page https://www.facebook.com/ardyis/ or follow our Twitter account https://twitter.com/ardyis_cta (if you are not following us yet)
  • write a short text of not more than 300 words telling us about your interest in agriculture innovation and what you personally do linking ICT and agriculture. You should include in your twitter account, your website or Facebook and send all this by email to ardyis-project@cta.int before 8 May 2016.

At least 10 participants will be selected to win a print copy our new publication "Innovate for Agriculture" and other nice gifts, including at least another CTA publication of your choice! At least half of the gifts will be attributed to our new followers on social media! Some best stories may also be published!

PS: Les textes peuvent être aussi soumis en français

]]> Autres activités Thu, 28 Apr 2016 12:45:39 +0000 Innovate for Agriculture (Report) http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/290-innovate-for-agriculture http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/290-innovate-for-agriculture

Increasing agricultural productivity in developing countries and promoting youth employment and entrepreneurship are important recommendations of the new Sustainable Development Goals (SDGs) adopted by the United Nations in 2015. Information and communication technologies (ICTs) play an important role. Young entrepreneurs using ICT innovations are particularly suited to contribute to increased agricultural productivity and sustainability given their inventiveness, energy and capacity to take risks.

An increasing number of young innovative entrepreneurs in African, Caribbean and Pacific (ACP) countries are developing ICTs for agriculture solutions to support agricultural value chains, providing employment and livelihood opportunities.

To highlight ACP entrepreneurs’ important contribution and to emphasise the need for strengthening their endeavours, CTA, in collaboration with Ashoka's Youth Venture, has produced the publication Innovate for Agriculture.

The report introduces 30 innovators, 21 featured with full stories, and nine ‘innovators to watch’. Case studies include innovations from Barbados, Botswana, Cameroon, Côte d'Ivoire, Jamaica, Kenya, Nigeria, Senegal, Tanzania, and Uganda. A couple of innovators who come from outside ACP but offer services in these regions are also featured. The publication is a collection of life stories of interest to aspiring agri-tech entrepreneurs from all countries.

Featured innovations include: how the innovation came about; what problems it addresses; how the innovations are implemented; impacts so far; the business model; challenges faced; strategies to address sustainability; and, the future outlook. The report also includes entrepreneurs’ own recommendations and advice to other young people interested in venturing into ICT innovation and entrepreneurship in agriculture.

According to Michael Hailu, Director of CTA, “The young innovators featured in this publication are role models who can inspire others and encourage them to innovate for agriculture. Their stories are a testimony of how young people are already contributing to transforming agricultural value chains through their innovations.”

The innovations featured fall into various segments along the agricultural value chain. While the first part of the publication focuses on services helping to improve livestock and crop production (e.g. HelloTractor, Daral Technologies), subsequent parts concentrate on those facilitating access to finance (e.g. Ensibuuko and FarmDrive) and those strengthening trade, markets and consumption (e.g. Foodrings, D'MarketMovers).

As Reem Rahman from Ashoka, one of report writers, observes, "The innovators featured in this report demonstrate the power of opening the door to youth leadership. They confirm that we currently have a powerful generation of changemakers transforming the world -- from agricultural value chains and beyond."

Innovate for Agriculture presents a multi-dimensional picture of the evolving field of ICT entrepreneurship in agriculture in developing countries. It describes challenges but also successes already achieved. It is hoped that this publication will serve as a key reference for young people and stakeholders seeking to invest in agriculture and ICTs in the ACP region.

The report is produced as part of CTA’s Agriculture, Rural Development and Youth in the Information Society (ARDYIS) project, which supports youth innovations and entrepreneurship in ICTs and agriculture. Most innovators included in the publication have benefited from CTA support and participated in its activities.
Resources

]]> Publications Tue, 29 Mar 2016 13:45:49 +0000 ICT and Youth in Agriculture in Africa (Report) http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/284-ict-and-youth-in-agriculture http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/284-ict-and-youth-in-agriculture

Within the framework of the 2015 Africa Agriculture Status Report developed by the Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) in collaboration with partners including CTA, which focused on Youth in agriculture in sub-Saharan Africa, CTA contributed a chapter on: "ICT and Youth in Agriculture" and "Innovative and Inclusive Finance for Youth in Agriculture" to the report. The objective of the chapter on “ICT and Youth in Agriculture” was to examine the role ICTs are playing in supporting youth engagement in agriculture in Africa, and to explore the current status, usages and emerging trends.

Furthermore, it attempted to highlight the key challenges and opportunities for Africa’s youth in agriculture and make recommendations to policy makers and other stakeholders on how to foster increased involvement of young people in agriculture.

While African youth have shown insufficient interest in agriculture, and their engagement have not been sufficiently supported, the emerging trend of applying ICT solutions to agriculture are attracting an increasing number of youth (back) to agriculture. These young people often bring their energy, creativity and tech-savviness to agriculture and are changing its landscape in Africa.

This is being done through various initiatives, such as better integrating ICTs in record keeping, promoting agriculture among other youth via social media platforms, creating virtual markets that help farmers/agripreneurs connect to markets more easily and get better prices, developing ICT applications for agricultural value chains. Youth are helping to advance new agricultural ICT-enabled practices, such as e-extension and precision agriculture. The inclusion of ICTs is gradually generating additional livelihood opportunities for them and strengthening their engagement with the sector.

Young people are, however, constrained by a host of factors, including the relatively high cost of access to ICTs, inadequate capacity, unreliable connectivity, weak (but improving) integration of ICTs into the agricultural value chains, and limited access to finance for their activities.

ICT uses analysed in this report build on the framework of engaging youth in agriculture through ICTs developed by the CTA ARDYIS project.

Examples of initiatives analysed include those implemented by stakeholders such as IICD, YPARD, IFAD, the Rwandan Ministry of Youth and ICTs (MYICT), Agri-ProFocus.

Key recommendations include:

  • Facilitate affordable access to ICTs for young farmers
  • Support ICT for agricultural research, innovation and youth entrepreneurship
  • Develop digital literacy programs for young farmers and agripreneurs
  • Strengthen ICT incorporation into agricultural curricula
  • Support the sharing of success stories on ICT and youth in agriculture
Authors also recommend that increasing ICT use and equipment in agricultural institutions, as well as promoting the development and implementation of sound e-agriculture strategies. This will better develop youth uses and innovations and benefit all stakeholders.

Authors of the Chapter: Ken Lohento and Oluwabunmi Ajilore.


Download the chapter here http://bit.ly/youth-ICT-Agri-report.
]]> Publications Wed, 17 Feb 2016 14:56:53 +0000 Publication : Les jeunes et l’agriculture : principaux enjeux et solutions concrètes http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/258-publication-youth-and-agriculture-key-challenges-and-concrete-solutions http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/258-publication-youth-and-agriculture-key-challenges-and-concrete-solutions

On estime que l'humanité pourrait atteindre 9 milliards de personnes vers 2050 avec un pourcentage de jeunes (15-24 ans) d'environ 14 pourcent de ce total. Alors que la population de jeunes tend à s'accroître, leurs opportunités d'emploi et de création d'entreprises restent limitées, mal payées et de mauvaise qualité. Cela est particulièrement vrai dans les pays en voie de développement pour les jeunes vivant dans des zones rurales à faible développement économique. Six principaux enjeux ont été identifiés au cours de ce projet : l'accès insuffisant des jeunes au savoir, à l'éducation et à l'information ; l'accès restreint des jeunes à la terre ; accès insuffisant aux services financiers ; difficulté à accéder aux métiers de l’environnement ; accès restreint des jeunes aux marchés ; faible engagement des jeunes dans les débats politiques.

Pourtant, des solutions existent dans toutes les régions du monde. L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont uni leurs forces pour mener des recherches et de produire une publication qui fournit des exemples concrets provenant de pays en développement et des pays plus avancés économiquement.

Chacun des six principaux défis indiqués ci-dessus ont été documentés, et pour chacun d'eux, sept à neuf études de cas illustrent la façon dont ils peuvent être résolus. Les analyses des expériences, leurs cadres de mise en œuvre et des indications sur certains de leurs résultats ont été fournis. D'autres expériences ont été indiquées dans les conclusions de chaque chapitre.

Un certain nombre d'études de cas portent sur des innovations qui ont de forts potentiels pour renforcer l'engagement des jeunes et des agriculteurs familiaux dans les chaînes de valeur agricoles, améliorer les moyens de subsistance des jeunes ainsi que la sécurité alimentaire au niveau mondial. Bon nombre des initiatives sont menées par les jeunes eux-mêmes. Ils montrent que - lorsqu'il y a un environnement favorable - les jeunes sont en mesure de trouver des moyens novateurs pour créer un avenir pour eux-mêmes, et de contribuer également aux sociétés et des communautés dans lesquelles ils vivent.

Le document s'appuie notamment sur les résultats du projet «Faciliter l'accès des jeunes ruraux aux activités agricoles" qui a été mené par la FAO, le FIDA et MIJARC, ainsi que sur les activités jeunesse du CTA. Le CTA, la FAO et le FIDA espèrent que cette publication aidera les praticiens du développement, les responsables de programme de jeunes, les associations de jeunes, les organisations de producteurs et les décideurs en leur fournissant un aperçu des solutions possibles qui peuvent être adaptées à leur propre contexte.

Téléchargez la publication "Les jeunes et l'agriculture : principaux enjeux et solutions concrètes" en format PDF

]]> Publications Mon, 09 Mar 2015 11:13:00 +0000 Emerging voices in ICT and agriculture in the ACP (New publication) http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/157-emerging-voices-youth http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/157-emerging-voices-youth

book cover ardyis The new booklet published by the Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA ACP-EU) features 20 young people and three organizations, that have been involved in the CTA youth project called ARDYIS (Agriculture Rural Development and Youth in the Information Society).

In addition to portraying authors and highlighting their perspectives on youth involvement in agriculture using ICTs, the document presents summaries of best essays submitted for the contest «Youth finding solutions to challenges in agriculture and rural development using ICTs!», organised in 2010; it also presents the results of the Youth in Agriculture Blog Competition (YoBloCo Awards) completed in 2012.

Submissions received demonstrated that many young people are ready to strengthen their involvement in agriculture and are using ICTs to contribute to enhance it.
Agriculture in African, Caribbean and Pacific (ACP) countries faces many challenges. While youth unemployment is critical in most countries, many young people perceive agriculture as an unattractive career option. It is therefore evident that a well supported agricultural sector, strengthened by the use of new information technologies, would present an ideal solution. Agriculture has to become more attractive, viable and offer the youth improved opportunities for income. It is this that CTA supported youth related initiatives aim to bring about.

CTA’s own experience tells that among the young people whose contributions are highlighted in this booklet are the future leaders of ACP agricultural and rural development. Some of them are already making a difference in their communities and they will certainly achieve more in the future. They are the ones to watch!

The publication is available for download in pdf format (2,9 Mo) from here and a print version will be available shortly.

The "Agriculture, Rural Development and Youth in the Information Society" (ARDYIS) project is a CTA initiative which aims to improve opportunities for youth in agriculture and rural development through the use of ICTs. It is implemented in collaboration with an Advisory Committee composed of several ACP organisations: FARA (Forum for Agricultural Research in Africa); AYF (African Youth Foundation); ANAFE (African Network for Agriculture, Agroforestry and Natural Resources Education); Yam Pukri Association; PAFPNet (Pacific Agriculture and Forestry Policy Network); CAFAN (Caribbean Farmers' Network).

For updates on the ARDYIS project activities, follow us on Facebook.

(CTA/Ardyis project, October 2012)

]]> Publications Wed, 03 Oct 2012 16:28:43 +0000 Les TIC, une opportunité entrepreneuriale pour les jeunes dans l’agriculture http://ardyis.cta.int/fr/actualites/actualites-du-projet/item/139-ict-help-strengthen-youth-employment-opportunities-in-agriculture http://ardyis.cta.int/fr/actualites/actualites-du-projet/item/139-ict-help-strengthen-youth-employment-opportunities-in-agriculture

Participants of the stakeholder consultative meeting on youth, ICT and agricultural entrepreneurship in Africa L’implication des jeunes dans le développement agricole et le processus de prise de décisions est essentielle pour contribuer au développement durable en Afrique. Dans le contexte des TIC et de l’entrepreneuriat, cette implication revêt une dimension de première importance pour la modernisation agricole et la prospérité. C’est précisément ce qu’a déclaré son Excellence Rhoda Peace Tumusiime, Commissaire de l’Union africaine chargée de l’économie rurale et de l’agriculture, lors de l’atelier sur les jeunes, les TIC et l’entrepreneuriat dans l’agriculture, organisé conjointement par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) et le Programme e-Africa du NEPAD à Addis Abeba le 29 mars 2012.

Mme Tumusiime a en outre indiqué que la population africaine était constituée de plus de 60 pour cent de jeunes et de 70 pour cent de ruraux, dont 40 % de jeunes. Elle a ajouté que ces chiffres offraient de nombreuses opportunités pour améliorer l’agriculture et faire avancer le continent africain.

« Les jeunes sont aujourd’hui mieux éduqués et mieux instruits, plus entreprenants et plus ambitieux que jamais. Nous pouvons par conséquent tirer bénéfice du dividende démographique et créer un cercle vertueux à partir d’une main d’œuvre mieux instruites et plus productive sur le plan économique, si l’on parvient à exploiter son potentiel ».

Selon elle, il est urgent d’améliorer l’accès à l’enseignement secondaire et tertiaire, de créer des opportunités d’emplois (notamment en milieu rural), de renforcer les capacités et de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes, de réduire les migrations urbaines et de saisir toutes les opportunités offertes par les TIC afin de réaliser cet objectif, et ainsi permettre au continent africain de tirer parti des opportunités offertes par des jeunes dynamiques et entreprenants.

M. Michael Hailu, Directeur du CTA, a souligné que l’Afrique avait un taux de chômage de 50 %, et que les jeunes et les femmes étaient plus particulièrement touchés. Les technologies modernes de l’information et de la communication contribuent à créer des opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat pour les jeunes. Le CTA continuera de promouvoir les activités qui visent à encourager les jeunes des pays ACP à envisager une carrière dans l’agriculture, mais aussi à promouvoir les TIC dans ce secteur. Il a également déclaré que les jeunes ouvraient la voie au développement d’applications TIC dans le domaine de l’agriculture, même en Afrique. Certains de ces innovateurs ont été invités à l’atelier par le CTA pour partager leurs expériences avec d’autres jeunes.

Le Dr Edmund Katiti, qui dirige actuellement le programme e-Africa du NEPAD, a rappelé l’énorme potentiel qu’offrent les TIC pour les activités de développement. Il a souligné qu’à travers la promotion des applications et des services en ligne, des systèmes de paiement par téléphone mobile, des systèmes d’information agricole, des systèmes d’information sanitaire, des logiciels ouverts, mais aussi le renforcement adéquat des capacités et la mise en place d’une réglementaire, il est possible de promouvoir le développement de l’Afrique et de créer des emplois pour les jeunes.

L’atelier, auquel ont participé 30 jeunes et experts de diverses disciplines, issus de différents pays et d’organisations internationales sur le continent, vise non seulement à partager les expériences en matière d’utilisation des TIC dans l’agriculture, mais aussi à débattre des stratégies destinées à créer de nouvelles opportunités dans ce secteur. Il a été mis en place suite aux concours organisés par le CTA et le NEPAD sur les jeunes, les TIC et l’entrepreneuriat dans le domaine de l’agriculture, dans le cadre de la célébration du 10ème anniversaire du NEPAD.

Les participants ont formulé plusieurs recommandations, et notamment : mieux promouvoir les réussites de projets agricoles, créer de nouvelles opportunités pour les jeunes ruraux utilisant les TIC, diversifier les modalités de financement pour soutenir les jeunes du secteur de l’agriculture, et les entreprises engagées dans le développement de solutions TIC au service de l’agriculture, mettre en place des programmes de mentorat et d’orientation (également en ligne) pour les jeunes agriculteurs, susciter l’intérêt des jeunes pour l’agriculture à travers notamment des prix et des bourses d’études.

Plus de photos de l'événement sont disponibles ici.

Le programme de l'atelier est disponible ici.

L’atelier s’inscrit dans le cadre du projet ARDYIS mis en œuvre par le CTA. Pour de plus amples informations sur ce projet, visitez le site http://ardyis.cta.int ou http://www.facebook.com/ardyis

Photo : Participants à la réunion consultative des parties prenantes sur les jeunes, les TIC et l’entrepreneuriat dans le domaine de l’agriculture en Afrique

 

]]> Nouvelles du projet Tue, 17 Apr 2012 07:10:19 +0000 Innovation des jeunes à Apps4Africa http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/133-youthful-innovation-at-apps4africa http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/133-youthful-innovation-at-apps4africa

Eric Mutta, Tanzanie« L’innovation fonctionne bien pour les grandes entreprises, mais il n’est pas aussi simple pour un entrepreneur isolé d’obtenir de la reconnaissance », déclare Eric Mutta, un développeur de logiciels dont la dernière application lui a permis de remporter le concours Défi Climat organisé par Apps4Africa. Mais c’est au travers de l’innovation des jeunes que l’Afrique trouvera des solutions aux problèmes à long terme.

Les communautés de familles rurales et celles dont la subsistance est directement impactée par les caprices du changement climatique peuvent grandement bénéficier d’une meilleure utilisation des TIC afin d’alléger la pauvreté et de trouver des méthodes d’agriculture durables. Pour ne pas laisser les étrangers prendre le pas en matière d’innovation, les développeurs et entrepreneurs de tout le continent ont travaillé sur des systèmes mobiles et Web s’attaquant au changement climatique de manière créative. Cette créativité a été récompensée par le département d’État américain en charge des affaires africaines à l’occasion du concours Défi Climat d’App4Africa. Les lauréats d’Afrique de l’Est ont été annoncés le 14 janvier 2012 lors d’une cérémonie haute en couleurs à Masindi, Ouganda.

Les lauréats

La première place est revenue au tanzanien Eric Mutta, 29 ans, pour son application « The GrainyBunch » qui a de larges implications en faveur de la sécurité alimentaire et économique de tout le pays. Il s’agit d’un système de gestion de l’approvisionnement du secteur céréalier qui surveille l’achat, le stockage, la distribution et la consommation de céréales sur l’ensemble du territoire. Eric s’est lancé dans la programmation il y a treize ans et a travaillé sans relâche sur des projets toujours plus ambitieux : depuis un service de rencontres par sms qui, à l’apogée de son succès en 2010, comptait 10 000 membres, jusqu’à son application primée GrainyBunch. « J’ai appris que l’innovation fonctionne bien pour les grandes entreprises mais qu’il n’est pas aussi simple pour un entrepreneur isolé d’obtenir de la reconnaissance. Dans le passé, j’ai dû consacrer beaucoup de temps à convaincre les gens et à leur expliquer la portée de mes applications. Comme ils disent, « nul n’est prophète en son pays, mais ma défiance a payé. » Avec les 15 000 dollars US qu’il a remportés, il prévoie d’embaucher un programmeur et de continuer à développer des applications destinées à résoudre les problèmes de société. « Maintenant, je dois trouver comment transformer 15 000 USD en 15 milliards USD en quinze ans », dit-il d’un ton amusé.

La deuxième place pour l’Afrique de l’Est a été attribuée à MkulimaCalculator, du Kenya, une application visant à aider les agriculteurs à déterminer la date de plantation ainsi que le choix des cultures les mieux adaptées en fonction des données climatiques et météorologiques observées. L’application se concentre sur les cultures les plus courantes dans le pays : haricots, maïs, pommes de terre, riz et blé, à l’aide des données nationales publiées par la FAO. Les données climatiques sont issues des données du centre météorologique de Nairobi enregistrées entre 1940 et 2008.

Dans un entretien avec eLearningAfrica, Jonathan Gosier, directeur produits pour SwiftRiver sur Ushahidi et fondateur d’AppAfrica, a déclaré qu’il était impressionné par le niveau des participations au concours. « Le concours dure encore deux mois pour les personnes d’Afrique australe, mais nous avons reçu plus de deux cents applications pour les secteurs Afrique de l’Ouest/Centrale et Afrique de l’Est du concours. » Et il semble que ceux qui sont entrés en lice n’étaient pas des imposteurs. « Le niveau était vraiment très élevé ! » dit Jonathan Gosier. « Environ la moitié des candidatures étaient plus que de simples idées ; il s’agissait en fait d’applications développées par les participants, mais nous acceptions également les idées. »

Ce fut le cas avec le troisième prix, remporté par l’Ouganda pour le projet Agro Universe. Cette application mobile et Web sert de place de marché pour les récoltes en mettant en contact les communautés dans le besoin et celles qui ont des produits à leur offrir. L’équipe de dix personnes n’a pas encore développé l’application, mais avec les 3 000 USD remportés, il sera plus facile de transformer l’idée en réalité.

L’impulsion en faveur de solutions internes

Il est important que les solutions et stratégies d’atténuation relatives au changement climatique soient formulées par les Africains eux-mêmes. Pour Jonathan Gosier, « chaque pays du monde doit trouver le meilleur moyen d’avancer en période de changement et de tension. Les pays d’Afrique ne sont pas différents : ils ont leur mot à dire concernant leur avenir. Les Africains doivent eux-mêmes proposer ces solutions, car elles doivent tenir compte de l’impact à long terme sur la société ainsi que des gains à court terme. Elles doivent également être durables car malheureusement, nombreuses sont les solutions proposées par les ONG étrangères qui, faute de tenir compte du concept de développement durable, n’ont qu’un impact à court terme. »

Sélection des gagnants

Il n’a pas été facile pour le jury de décider quelles TIC étaient porteuses d’espoir. Jonathan Gosier explique que le comité était constitué d’experts techniques, de spécialistes du climat, d’entrepreneurs sociaux et d’éco-activistes du monde entier. Les critères pris en compte par les juges pour sélectionner les gagnants étaient, entre autres, le potentiel d’évolution du projet au-delà du pays où il a été développé, la focalisation sur le thème du changement climatique et l’adaptation à ce changement, et l’impact que le développeur de l’application a cherché à créer. En plus d’incarner ces idéaux, les applications gagnantes montrent de quelle manière les jeunes développeurs Africains exploitent les TIC pour créer des solutions durables aux défis environnementaux actuels.

l'article original a été publié ici: http://www.elearning-africa.com/eLA_Newsportal/innovation-des-jeunes-a-apps4africa/
]]> Autres nouvelles Fri, 03 Feb 2012 11:59:08 +0000 Prix YoBloCo, catégorie individuelle: Résultats de l’évaluation publique! http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/132-yobloco-public-results http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/132-yobloco-public-results

Suite à l’évaluation publique des blogs soumis aux Prix YoBloCo, nous avons le plaisir d’annoncer les noms des 15 finalistes pour la catégorie individuelle. Nous avons enregistré au total  2214 votes, de la part de  2080 personnes (certains votants ayant accordé leur suffrage à deux blogs) et plus de 600 commentaires sur les blogs de la catégorie institutionnelle. Nous tenons à remercier tous les votants pour ces résultats éloquents et pour leur soutien.

Dans l’ordre hiérarchique, voici donc les 15 finalistes pour la catégorie individuelle:

  1. Sourou Hervé Appolinaire NANKPAN (http://www.agrobenin.com/) [FR]
  2. Hudson Wereh (http://wwwinfonet-biovision-wereh.blogspot.com/) [AN]
  3. Anne Matho Motsou (http://annematho.wordpress.com/) [FR]
  4. Grace Wanene (http://yagrein.blogspot.com/) [AN]
  5. Nawsheen Hosenally (http://nawsheenh.blogspot.com/) [AN]
  6. Gaston Kwa (http://cornerstonesfordevelopment.blogspot.com/) [AN]
  7. Hasina Patrick RAKOTOARISOA (http://www.agrijeune.freeiz.com/) [FR]
  8. Jean-paul Luesso Amuri (http://bujajeunesseagri.wordpress.com/) [FR]
  9. Inoussa TRAORE (http://traoreinoussa.blogspot.com/) [FR] [ce blog n'est plus en compétition]
  10. Itodo Samuel Anthony (http://poeticfarmer.wordpress.com/) [AN]
  11. Wend Yam Saturnin ZOETYANDE (http://blog.fasoferme.net/) [AN]
  12. Kwesi Acquah (http://landghana.blogspot.com/) [AN]
  13. Michael Boampong (http://www.michaelboampong.com/) [AN]
  14. Anthony Mwangi (http://youngagropreneur.wordpress.com/) [AN]
  15. Tarirai Mpofu (http://tarirai.blogspot.com/) [AN]
  16. Seyoum Ayalew (http://foodsecuritysm.wordpress.com/) [AN]


Les votes ont été soigneusement vérifiés par un comité composé de représentants du CTA et de deux représentants d’institutions membres du Comité Conseil du projet ARDYIS (Yam Pukri, Secrétariat de la Communauté du Pacifique).

Mais les Prix YoBloCo continuent!

Un jury indépendant composé d’experts en agriculture et en TIC aura désormais la tâche  d’évaluer la qualité des blogs finalistes et de sélectionner les gagnants pour les deux catégories du concours.
Nous avons aussi le plaisir d’annoncer que, outre les trois personnes qui seront primées, deux autres finalistes dont les blogs auront été appréciés par le jury mais qui n’auront pas été sélectionnés comme lauréats, recevront un prix spécial du CTA. Les lauréats seront annoncés en mars.
Nos chaleureuses félicitations aux finalistes, mais également à toutes les personnes qui ont pris part à la compétition. Celle-ci a été très serrée mais nous sommes heureux que les commentaires reçus confirment que l’évaluation publique a été bénéfique pour les participants. En effet, comme l’a indiqué un candidat sur le blog officiel des Prix YoBloCo:

« Nous avons observé un accroissement important des visites [de notre blog] avec plus de 40% de liens entrants à partir du site de ardyis.cta.int »


Et un autre participant indique:

« Nous avons eu depuis le début de l’évaluation des blogs (…) plus de 465 visiteurs, la majeur partie provenant de Ardyis, Facebook et Google. Ce concours a permis de mettre en évidence nos travaux de réflexion dans le domaine de l’agriculture. Nous avons eu, nous aussi, des sollicitations d’étudiants qui préparent leurs mémoires dans le domaine (…) et avons même une commande d’une étude de faisabilité pour l’implantation d’un complexe agropastoral. »

En outre, dans la période des votes (05 au 31 décembre 2011) le blog officiel des Prix YoBloCo (basé sur WordPress) et la page de vote pour la catégorie individuelle (créée sous Joomla) ont reçu respectivement 1899 et 3774 visites.
Nous espérons donc que même ceux qui n’ont pas été sélectionnés ont vu leurs blogs mieux promus. Ces données et retours d’expérience sont très encourageants. Si vous avez d’autres  témoignages ou commentaires, merci de les partager avec nous.

Félicitations encore aux finalistes et bonne chance pour le reste du processus.

Les Prix des meilleurs blogs sur jeunes et agriculture (YoBloCo Awards) ont été lancés par le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE (CTA), en collaboration avec FARA, Yam-Pukri, CAFAN, AYF, ANAFE, PAFPNET/SPC. Ils visent notamment à mettre en lumière les enjeux, les réussites et les difficultés rencontrées par les jeunes travaillant dans le secteur agricole et à encourager la production de l’information et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information par les groupements de jeunes agriculteurs et les organisations intéressées par la question des «Jeunes dans l’agriculture». Pour plus d’informations, consulter http://ardyis.cta.int/yobloco/.

]]> Prix Wed, 25 Jan 2012 13:58:20 +0000 YoBloCo Awards: Faites un blog sur Jeunes et Agriculture et gagnez jusqu’à 3 000 euros ! http://ardyis.cta.int/fr/blog-competition http://ardyis.cta.int/fr/blog-competition

Logo Prix YoBloCo

Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA), en collaboration avec les organisations FARA, Yam Pukri, CAFAN, AYF, ANAFE, SPC/PAFPNET, organise le concours de blogs «YoBloco Awards» (Prix des meilleurs blogs sur jeunes et agriculture).  Il est lancé dans le cadre de l'initiative ARDYIS du CTA  qui vise à sensibiliser les jeunes et à renforcer leurs capacités sur les enjeux de l’agriculture et du développement rural en utilisant les Technologies de l’information.

 




Ce concours pour objectifs de :

  • Mettre en lumière les enjeux, les réussites et les difficultés rencontrées par les jeunes travaillant dans le secteur agricole au niveau des zones urbaines et rurales;
  • Encourager la production de l'information et l'utilisation des nouvelles technologies de l'information par les groupements de jeunes agriculteurs et les organisations intéressées par la question des «Jeunes dans l'agriculture»;
  • Promouvoir le partage d’information sur les enjeux du développement agricole et rural entre les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Les YoBloCo Awards sont également lancés dans le cadre des manifestations de l'Année internationale de la Jeunesse instituée par les Nations Unies.

1. Qui peut participer ?

Les « Prix des meilleurs blogs sur Jeunes et agriculture » sont ouverts en deux catégories : catégorie individuelle et catégorie institutionnelle.

La « catégorie individuelle » est ouverte aux étudiants suivant une formation agricole, aux jeunes agriculteurs, aux journalistes ou aux autres jeunes intéressés ;

La « catégorie institutionnelle » est ouverte aux organisations locales ou nationales suivantes et à leurs jeunes membres :

  • Organisations de jeunes agriculteurs ;
  • Jeunes membres d’organisations d’agriculteurs
  • Jeunes membres de toute organisation intéressée par l’agriculture

Une organisation s’entend ici par tout type d’association, coopérative, forum, réseau ou groupement, à but lucratif ou non, à l’exception des institutions gouvernementales. Les organisations qui reçoivent un financement gouvernemental mais qui ne sont pas formellement des institutions gouvernementales peuvent être éligibles si elles remplissent tous les critères.

Si l'organisation présentant un projet n'est pas officiellement déclarée dans le pays, elle devra être parrainée, via une lettre de recommandation, par un organisme partenaire national qui est officiellement déclaré.

Lorsque les jeunes membres d'une organisation participent dans la « catégorie institutionnelle», ils représentent leur organisation. Si le blog remporte un prix, c'est l'organisation qui sera déclarée vainqueur et qui recevra le prix en espèce. Le créateur ou l’animateur du blog ou un représentant s’il s’agit d’une équipe sera invité à la cérémonie remise des prix et recevra un trophée au nom de l'organisation lauréate. Quand une équipe postule au nom de leur organisation, la personne qui représente l'équipe doit être spécifiée durant le processus d’inscription.

Pour les deux catégories, les jeunes participants doivent être âgés de 18 à 35 ans (au 31 Décembre 2011) et être ressortissants des pays ACP signataires de l'Accord de Cotonou (voir note 1 ci-dessous).

2. Modalités de participation

Les blogs et tous les documents requis doivent être soumis via un formulaire en ligne (à partir du 31 juillet 2011) à l’adresse http://ardyis.cta.int/fr/blog-competition. Les participants doivent indiquer clairement la catégorie pour laquelle ils postulent.


Pour la « catégorie individuelle », les participants doivent soumettre les documents suivants :

  • Un document de présentation contenant (2 pages maximum) :
    • Une note biographique pour présenter le candidat, ainsi que ses coordonnées complètes (e-mail, numéro(s) de téléphone, adresse, ville, pays, etc.);
    • Un résumé des objectifs du blog et de son contenu ;
  • Une copie numérisée d'une pièce d'identité indiquant la date de naissance du participant.

Pour la « catégorie institutionnelle», les documents suivants devront être soumis :

A/ Organisations déclarées :
a)  un document de présentation (2 à 3 pages maximum) décrivant l'organisation participante et qui doit contenir:

i. En haut de la première page, la mention «Organisation Déclarée»
ii. Une présentation de la mission et des activités de l'organisation;
iii. Coordonnées complètes de l'organisation (e-mail, site internet le cas échéant, numéro(s) de téléphone, adresse postale, pays, etc.);
iv. Nom et coordonnées (e-mail, numéro(s) de téléphone, adresse, pays, etc.) du représentant légal de l'organisation;
v. Noms et coordonnées de 2 à 3 institutions partenaires de l'organisation
vi.  Une fiche d’identification de l’auteur/animateur ou des auteurs/animateurs du blog contenant: nom, fonction, adresse complète (e-mail, numéros de téléphone, pays, etc.) ;
vii. Nom de la personne qui représente les auteurs/animateurs du blog (le cas échéant).

b) Une copie du certificat d'enregistrement de l’organisation ou les références juridiques nécessaires;

c)   Une copie numérisée d'une pièce d'identité indiquant la date de naissance de l’auteur/ animateur du blog, ou de deux des auteurs/animateurs lorsqu’il s’agit d’une équipe (même si l’équipe est composé de plus de deux personnes);

d)   Un résumé du contenu du blog et ses objectifs (une page maximum).

B/ Organisations non déclarées :
Si l'organisation qui concoure n'est pas officiellement déclarée, les documents suivants seront soumis:

a) Un document de présentation de l’organisation participante (2 à 3 pages maximum) comme décrit dans la section précédente – En haut de la première page, la mention « organisation non déclarée » doit être indiquée ;
b) Une lettre de recommandation d'une organisation nationale partenaire parrainant la candidature ;
c) Un document présentant l'organisation parrainant la candidature : activités de base, coordonnées complètes;
d) Une copie du certificat d'enregistrement de l’organisation ou les références juridiques nécessaires;
e) Une copie numérisée d'une pièce d'identité indiquant la date de naissance de l’auteur/ animateur du blog, ou de deux des auteurs/animateurs lorsqu’il s’agit d’une équipe (même si l’équipe est composé de plus de deux personnes);
f) Un résumé du contenu du blog et ses objectifs (une page maximum).

Les organisations (associations d'agriculteurs notamment) sont libres de demander une assistance locale (si nécessaire) pour la conception technique du blog (voir note 2 ci-dessous). Le cas échéant, un mot de remerciement peut être inséré sur le blog pour donner à ce partenaire une certaine visibilité.

3.    Contenu des blogs éligibles

Le blog candidat peut être un blog nouvellement créé ou déjà existant ; mais il doit avoir été récemment mis à jour et doit contenir des informations liées à l'agriculture dans les pays ACP. Les billets/articles qui seront essentiellement considérés pour la compétition sont ceux postés depuis le lancement de cette dernière.

Un blog qui traite ou contient des billets/articles sur des sujets autres que l'agriculture doit inclure un nombre important (voir Note 3 ci-dessous) de nouveaux articles liés à l'agriculture, afin d'être considérés comme éligibles. Ainsi, seront considérés comme «nouveaux » articles/billets les textes publiés entre le lancement de la compétition jusqu'à sa clôture (voir la section 8 ci-dessous pour la date limite). Si nécessaire, le participant peut expliquer pourquoi il/elle/ils pensent que le blog est pertinent et/ou présenter une liste des liens des billets liés à l’agriculture. Les billets/articles pris en considération pour le concours doivent être en français ou en anglais et peuvent être liés à un ou plusieurs pays ACP.

Les articles sur le blog porteront sur un ou plusieurs des thématiques ou questions telles que :

  • Les défis, succès et problèmes rencontrés par les jeunes dans le secteur agricole et les activités liées à celui-ci ;
  • Le changement climatique, la préservation de l’environnement, la gestion des ressources naturelles ;
  • L’industrie agro-alimentaire (marketing, commercialisation, transformation, etc.) ;
  • La production agricole ;
  • Les chaînes de valeur et la politique agricole
  • L'utilisation des TIC dans le secteur agricole (comment les TIC peuvent favoriser l'agriculture, comment les TIC peuvent soutenir l'innovation dans les chaînes de valeur agricoles, les politiques des TIC et de l'agriculture, etc.)
  • Comment les TIC améliorent (ou peuvent améliorer) les opportunités des jeunes dans les zones rurales
  • Les actions, stratégies et politiques portant sur Jeunes et agriculture
  • La sécurité alimentaire
  • Le tourisme rural
  • Tout autre thème ou enjeu lié à l'agriculture
  • Le dialogue et la compréhension mutuelle entre les jeunes et les autres acteurs dans les zones rurales (voir Note 4 ci-dessous).

4.    Processus de sélection

L’évaluation publique des blogs sera faite différemment selon chaque catégorie.

  • Cliquez ici pour voter pour vos meilleurs blogs dans la catégorie individuelle. 15 finalistes seront sélectionnés sur la base du nombre de votes qu'ils recevront.  Un jury indépendant composé d'experts dans le domaine des TIC et d'agriculture sélectionnera les gagnants parmi les finalistes. Le premier prix pour cette catégorie est de 1.500 euros et d'autres prix seront décernés!
  • Vous pouvez apprécier et commenter les blogs de la catégorie institutionnelle, en allant directement ici. Pour cette catégorie, le vote n’est pas nécessaire : le jury choisira le meilleur blog par région en tenant aussi  compte des observations formulées par le public. Le prix pour cette catégorie est de 3.000 euros par chaque organisation gagnante. En outre, certains des blogs les plus appréciés par le public recevront des récompenses spéciales auprès des organisateurs s’ils ne sont pas sélectionnés par le jury.

Vous pouvez également partager avec nous vos réflexions et suggestions sur ce concours et sur les questions liées à la jeunesse dans l'agriculture et les TIC en cliquant ici.

Le public sera informé régulièrement de l’évolution de la procédure d’évaluation et, des résultats des votes à travers le blog des Prix YoBloCo.

Les votes et commentaires sur les blogs prendront fin le 31 Décembre, 2011.

5.    Critères de sélection

Les principaux critères de sélection sont les suivants:

  • La qualité de la langue
  • L’originalité des billets (la plupart des billets devrait être écrit par le participant)
  • La pertinence de l’analyse
  • La fréquence et la consistance des articles
  • L’animation du blog
  • La présence de contenus liés à l'agriculture (en particulier depuis le lancement du concours pour les blogs existants)
  • La qualité technique globale du blog


Pour la catégorie institutionnelle, les critères supplémentaires sont :

  • La présence d’informations institutionnelles de l’organisation sur le blog
  • La présence d’informations sur les jeunes agriculteurs ou sur la question des jeunes dans l’agriculture.

6.    Prix

Pour la « catégorie individuelle» : trois prix seront attribués sur l'ensemble des ACP

  • Premier prix : 1500 euros
  • Deuxième prix : 1000 euros
  • Troisième prix : 800 euros


Pour la « catégorie institutionnelle», des prix régionaux seront décernés, un pour chacune des six régions ACP (Afrique de l'Ouest, Afrique centrale, Afrique australe, Afrique de l'Est, Pacifique et Caraïbes). Chaque gagnant régional recevra une bourse de 3000 euros.

Dans les deux catégories, les blogs gagnants et d’autres meilleurs blogs seront promus par le CTA et ses partenaires à travers différents canaux. En outre, certains meilleurs candidats auront l'opportunité d'être impliqués dans nos activités futures.

7.    Date limite et dates clés

La date limite pour le dépôt des candidatures est le 31 Octobre 2011 à 18:00 GMT. Les gagnants seront annoncés en février 2012. La date de la cérémonie de remise des prix sera annoncée ultérieurement.

8.    Autres modalités

a.    Les organisateurs se réservent le droit de rejeter toute demande qui ne satisfait pas aux critères du concours et du présent règlement.
b.    La participation au concours implique un accord explicite donnée au CTA de rendre public, au besoin, les expériences décrits, ainsi que l'identité des participants. En outre, il constitue un accord donné au CTA à utiliser les expériences décrites dans ses publications et activités de promotion.
c.    Le CTA ne retournera pas les documents soumis par les participants.
d.    En s'inscrivant, les participants garantissent que le contenu du blog n’empiète pas sur les droits d'un tiers.
e.    Toutes les taxes locales sur les prix, si nécessaire, sont de la seule responsabilité des gagnants.
f.    Si, pour une raison quelconque, le concours ne peut se dérouler comme prévu, le CTA se réserve le droit, à sa seule discrétion, de l'annuler, le clôturer, le modifier ou le suspendre;
g.    Les jeunes qui travaillent directement pour le CTA ou pour les organisations du comité consultatif d’ARDYIS ne peuvent prendre part au concours. Cependant les jeunes qui travaillent pour les partenaires de ces organisations le peuvent:
h.    Les décisions prises par le jury et le CTA sont souveraines et ne peuvent souffrir d'aucune contestation ;
i.    Les participants seront informés sur les résultats du concours à travers les adresses email qu’ils fourniront dans leur dossier de candidature ;
j.    Indépendamment du message collectif d’annonce des résultats, chaque lauréat sera informé à travers l’adresse de courrier électronique fourni dans son dossier. Un rappel sera envoyé si nécessaire. En cas de non réponse au courrier de rappel et au bout de 10 jours maximum après l’annonce des résultats, le meilleur lauréat suivant dans la même catégorie pourra être déclaré gagnant ;
k.    Tous les participants au concours acceptent implicitement les règles présentées dans ce document.

9. Contact

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez une question ou si vous souhaitez vous inscrire sur la liste de discussion du projet ARDYIS afin d'échanger sur les jeunes, l'agriculture et les TIC, ou pour recevoir des informations sur ce sujet.

Projet ARDYIS/Programme TIC pour le Développement Agricole et Rural

Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA)

Email: Ardyis-project@cta.int

Téléphone: +31 (0)317 467 100

Pays-Bas

 

Notes

Note 1: Les pays ACP concernés sont ceux qui ont signé l’accord de Cotonou ACP-UE : Afrique du Sud - Angola - Antigua et Barbuda - Belize - Cap Vert - Comores - Bahamas – La Barbade - Bénin - Botswana - Burkina Faso - Burundi - Cameroun – Centrafrique - Congo (Brazzaville) - Congo (Kinshasa) – Iles Cook  – Côte d’Ivoire - Cuba - Djibouti –  Dominique - Érythrée - Ethiopie - Fidji - Gabon - Gambie - Ghana - Grenade –Guinée - Guinée-Bissau – Guinée Equatoriale - Guyana - Haïti - Jamaïque - Kenya - Kiribati - Lesotho - Liberia - Madagascar - Malawi - Mali – Iles Marshall - Maurice - Mauritanie – Etats Fédérés de Micronésie - Mozambique - Namibie - Nauru - Niger - Nigeria - Niue - Ouganda - Palau – Papouasie Nouvelle Guinée – République Dominicaine - Rwanda - Saint Christopher et Nevis - Saint Vincent et les Grenadines - Sainte Lucie – Iles Salomon - Samoa - São Tomé et Principe - Sénégal - Seychelles - Sierra Leone - Somalie - Soudan - Suriname - Swaziland - Tanzanie - Tchad – Timor Est  - Togo - Tonga – Trinité et Tobago - Tuvalu - Vanuatu - Zambie - Zimbabwe

Note 2: Les principaux éléments qui seront évalués sont l'animation du blog et son contenu

Note 3: Le jury se prononcera sur cette importance.

Note 4: Ce thème est conçu directement en lien avec le thème central de l'Année internationale de la jeunesse lancée par les Nations Unies.

 

Information complémentaire sur le projet ARDYIS :

Le but du projet ARDYIS (Agriculture Développement rural et jeunesse dans la société de l'information) est de sensibiliser les jeunes et d’améliorer leurs capacités en matière de développement agricole et rural dans les pays ACP en utilisant les TIC. Le Comité consultatif du projet est composé des institutions suivantes: le Forum for Agricultural Research in Africa (FARA), l’African Network for Agriculture, l’Agroforestry and Natural Resources Education (ANAFE), le Pacific Agriculture and Forestry Policy Network (SPC/PAFPNet), le Caribbean Farmers’ Network (CAFAN), l’association Yam-Pukri  (Burkina Faso), l’African Youth Foundation (AYF). Les activités ARDYIS contribueront à la promotion des possibilités pour les jeunes dans les pays ACP dans les secteurs agricole, de développement rural et des TIC.

]]> Prix Thu, 23 Jun 2011 10:50:11 +0000 The impact of ICTs on a Kenyan youth http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/93-the-impact-of-icts-on-a-kenyan-youth http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/93-the-impact-of-icts-on-a-kenyan-youth

In societies where people have to travel several miles to get access to bank services and information, relatively inexpensive Information Communication Technologies (ICTs) are being increasingly exploited by rural youths in Kenya to fill these gaps and support their economic and social life. Using these ICTs, the youths are able to access real time price information, find help from farm professionals and connect to other young farmers in the region.

With mobile phone networks spread throughout the country, services such as Safaricom's mobile money transfer (M-Pesa), mobile banking (M-Kesho) and information on agricultural produce markets (411 Get It) have increased job opportunities for rural youths as the demand for local agents increases. In his late twenties, Elijah Kamau, from Pwani in Nakuru district, is an example: he approached Equity Bank in 2007 for a loan to set up an M-Pesa kiosk. As well as enabling farmers and traders to deposit or withdraw money using their mobile phones, Kamau was able to pay back his start-up loan in just six instalments.

© Jeff Haskins
ICTs are being increasingly exploited by rural youths in Kenya
© Jeff Haskins

Benefits of simplifying commerce

By simplifying money access, members of the community have more money at their disposal and therefore are more likely to spend it locally. The service has also enabled farmers and traders to purchase inputs and make orders with their suppliers without having to travel into town. The savings made on transport costs enable them to acquire more stock, which means that the entire community benefits from more goods being available locally.

By simplifying money access, farmers are able to purchase inputs © Chris Mwangi
By simplifying money access, farmers are able to purchase inputs
© Chris Mwangi

Kamau's business has also benefitted from transactions made by the farm owners residing in Nakuru, who do not have to commute to the village to pay their casual labourers. These farm owners are also able to pay their faming supervisors for land preparation and purchase of fertilisers and seeds.

In 2008, the entire region of Nakuru experienced a severe drought, which led to widespread crop failure, and Kamau noticed an increased flow of money through his business due to remittances from relatives in urban areas. "This service has strengthened friendships and social interactions in the community," Kamau says. "Moreover, this has greatly contributed to the success of my business. This means that the entire community benefits from the goods available."

Using the revenue generated by his M-Pesa business, Kamau has diversified into farming, now leasing 20 acres of land. He also receives information about agronomic practices from the Organic Farmer e-bulletin, published by the International Centre for Insects, Pests and Ecology (ICIPE), through his data-enabled mobile phone, helping him to grow maize, beans and potatoes.
Using the revenue generated by his M-Pesa business, Kamau has diversified into farming © Chris Mwangi
Using the revenue generated by his M-Pesa business, Kamau has diversified into farming
© Chris Mwangi

 

Integrating and adapting ICT services

The SMS-based '411 Get It' service, a joint venture between Safaricom and the Kenya Agricultural Commodity Exchange (KACE), also provides Kamau with information on agricultural produce and market prices, enabling him to identify favourable markets and cut out middle men. With the profits from his farm, Kamau opened an M-Kesho business, allowing community members to make deposits from their M-Pesa accounts into an Equity Bank account where they earn interest. "This is an incentive for rural youths to engage in farming," Kamau adds.

During the planting and weeding season, Kamau's operating capital is reduced as his customers increase their M-Pesa withdrawals. To counter this problem, Kamau took out another loan from Equity Bank to purchase a motorcycle so that he could travel to Nakuru town quickly to top up his M-Pesa account. As a result, he has a steady flow of cash in order to facilitate local business transactions.

Despite an increasing range of information services available through the internet, literacy remains a major obstacle for many people because these services are only supplied in official languages. The technologies therefore need to be adapted in such a way as to be accessible in a variety of local dialects to help farmers have easy access to modern farming information and technologies, especially to tackle the current climatic uncertainties that are being experienced. Access to ICT services would also help to foster local skill building and knowledge sharing between rural communities.

Yet guided by locally driven business oriented solutions, Kamau's experiences and business knowledge clearly show the important linkages and synergies that exist between the development of ICTs and information sharing that can support the livelihoods of a large cross-section of youth and other members of communities for agricultural and rural development.

Written by Chris Mwangi

Reference: http://www.new-ag.info/focus/focusItem.php?a=1906

]]> Autres nouvelles Wed, 09 Mar 2011 15:11:26 +0000