Afficher les éléments par tag: ACP The purpose of ARDYIS is to raise youth awareness and capacity on agricultural and rural development issues in ACP countries through ICTs. http://ardyis.cta.int Tue, 21 Aug 2018 12:06:52 +0000 Joomla! 1.5 - Open Source Content Management fr-fr ARDYIS Celebrates Young Women in Agriculture on International Women's Day http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/288-international-women-day-2016 http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/288-international-women-day-2016

In the framework of the International Women’s Day, the CTA ARDYIS project is celebrating young women in agriculture and ICT who have been successfully involved in its activities. More on these ladies and activities they have been involved in sections below. We would like to seize the opportunity to wish all women involved in our activities a very beautiful Women's Day!

ARDYIS Essay Competition 2010

  • Maureen Agena (Uganda): Maureen was a winner in the ARDYIS essay competition in 2010. She relayed her experience as a winner in this post on her blog here and this video.
  • Samantha Kaye, Denise Christie (Jamaica): Samantha was one of the 10 finalists in the essay competition. Find here her essay (No. 4 on the list); and her picture.

CTA and NEPAD Photo and Essay competition 2011

  • Thoko Chikondi (Malawi): Thoko won the Southern African regional prize in the “Youth/women, ICTs and entrepreneurship” category, with the photo titled Mustard leaf vendors (Photo competition).
  • Comfort Moussa (Cameroon): Comfort was a winner in the “Youth and ICT in agriculture” essay category - (picture).

Durban AgriHack Talent challenge

  • Nadia Oosthuizen and Victoria Rautenbach (South Africa): Nadia and Victoria are members of the 3-person team, CGIS, which won the AgriHack challenge with the prototype named Temo Le Boso. See more about them here and here.

AgriHack Talent Caribbean

  • Ivory Tokromo (Suriname): Ivory was a member of the 2-person team, Agri Kari, winner of the national competition in Suriname, and the 2nd runner up of Finals of AgriHack Talent Caribbean. She shared her experience in this video.

AgriHack activity in East Africa

  • Rose Funja (Tanzania): Rose was one of the winners at the first AgriHack event in East Africa with the app named Agrinfo. Learn more about her experience with the start-up in this video and post.
  • Rita Kimani and Peris Bosire – FarmDrive (Kenya): Rita and Peris were finalists at the AgriHack event in East Africa, where their team designed the app, FarmDrive. For more details about them go here and here.

Special Mention

Apart from these women, we are making a special mention to some women who also made great contributions to ARDYIS:

  • Anju Mangal (Fiji): Anju is one of the most committed supporter of the youth in agriculture and the ARDYIS project in the Pacific. She represents the Secretariat of the Pacific Community (SPC) on the ARDYIS advisory committee. See her profile here.
  • Zoe Quinlan and Zahrea Franklin (St. Kitts and Nevis): Zoe and Zahrea formed an all-women team that won the national competition in St. Kitts and Nevis, and was one of the regional finalists at the AgriHack Talent Caribbean - (video).
  • Netisha Durand (Dominica): Netisha’s team, Team Mirage, was the national winner in Dominica, and a finalist at the regional AgriHack Talent Caribbean - see video here.

Check out the articles below to see more promising young women in agriculture and ICT that have been involved in our activities:

Happy International Women's Day!

]]> Autres nouvelles Tue, 08 Mar 2016 10:55:53 +0000 CTA’s Youth Strategy 2013 – 2017 http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/257-cta’s-youth-strategy-2013-–-2017 http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/257-cta’s-youth-strategy-2013-–-2017

CTA has been supporting and promoting youth engagement in agriculture for more than 15 years. However, this Strategy is the first attempt to bring CTA’s efforts into a comprehensive policy aligned with the three goals of the Centre’s Strategic Plan 2011-2015.

Supporting the youth as key agricultural stakeholders since 1997.

With its mission to advance food and nutritional security in ACP regions through the empowerment of agricultural and rural development organisations and networks, CTA has targeted youth as key stakeholders who can benefit from, and contribute to the increased performance of the agricultural sector. Youth have been a cross-cutting issue for the organisation going as far back as 1997. In its Strategic Plan 2011–2015, CTA seeks to ensure that young people:

  • are encouraged, through various means, to get involved in agriculture;
  • are involved in CTA's programmes and partnership agreements.

A common objective: engaging youth in agriculture.

The development of the Youth Strategy represents an important attempt by CTA to take a more holistic and systematic approach to engaging young people in various activities which support and promote the development of the agricultural sector in ACP countries. Supporting youth engagement in agriculture has been called for by young people themselves, national governments and international institutions.

The Strategy allows CTA to define clearly the priority areas of concern and focus its activities accordingly. It will also send a strong message to partners in ACP and EU countries, as well as to the international community, on the need for coordinated action in order to enhance efforts to support young people.

CTA's Youth Strategy: a participative process.

In developing this document, CTA consulted with its staff and Executive Board, key partners – including representatives of various youth groups – and national and international development agencies. A strategic youth stakeholder workshop was organised in the Netherlands, which gathered 25 external participants, 80% being youth under 35 years old. Participants included young professionals, youth champions, young farmers, and representatives of organisations involved in ICT for development and knowledge management with an interest in agriculture and rural development. The Strategy represents a synthesis of perspectives gathered in these interactions. CTA would like to thank all the young people, staff and partners who contributed in the process.

Download the Youth Strategy 2013 – 2017 in PDF format

]]> Publications Thu, 10 Apr 2014 10:37:00 +0000 The Web2.0 and Social Media big bang http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/168-the-web20-and-social-media-big-bang http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/168-the-web20-and-social-media-big-bang

Since CTA held its first Web2.0 training event in Nairobi, Kenya in 2009, demand has simply exploded. Between 2009 and 2012, 1,684 people from around the ACP regions were trained. In 2012 alone, 695 people from 32 countries took part in 31 learning events, branded as “Web 2.0 and Social Media Learning Opportunities”, two of which were offered online through a partnership with UNITAR and FAO. This represents a 509% increase in participation on 2009!

Offering in-country training on a cost-sharing basis (participants are responsible for their travel, accommodation and subsistence) has been a winning formula, ensuring engagement, lowering the per capita investment cost and thus increasing the number of potential beneficiaries.

Organisations and individuals throughout the ACP recognise not only the benefits of investing in Web2.0 and social media skills for networking and sharing, they also understand the necessity of being socially conversant for the success of their businesses.

Perhaps, unsurprisingly, it is the under 35’s as the eager adopters who make up the greatest percentage of participants. In 2012, they accounted for 59% of the total participants. This high concentration reflects CTA’s strategy which focuses on those participants who will engage more enthusiastically with Web2.0 and social media and share their new skills with a wider audience. This has meant specifically targeting youth, women, trainers, private enterprise, media, farmers’ organisations and policy advisors.

In terms of the gender breakdown, women constitute one third of those trained. In fact, a recent study commissioned by
CTA indicated that women displayed a higher rate of adoption than men for almost every Web2.0 application. The study found that women use tags and bookmarks, social networks and internet-based voice communication more readily than men.

Popularity of the learning opportunities continues to be strongest among civil society organisations and government organisations and extension services. Recent years have, however, seen a substantial increase in demand by farmers’ organisations and private enterprise. This demonstrates how Web2.0 and social media as communication and networking environments have permeated all levels of society in ACP countries and again mirrors the focus of CTA’s strategy.

While CTA has outlined a more specific target audience, the diversity of participants is very interesting. In 2012, training was provided to diplomats and farmers, government officials and journalists, entrepreneurs and students, and many more. Importantly, trainers make up the highest percentage of participants. This will ensure that the growing demand for these essential skills continues to be met.

CTA offers two type of capacity building schemes.

  • Web2.0 and Social Media Learning Opportunities: These are open to everyone. Learning opportunities are announced on the Web4Dev website and those interested in taking part can apply online. CTA selects participants based on specific criteria and in consultation with the host organisation.
  • Web2.0 and Social Media e-Learning: Launched in 2011, the e-learning courses are a joint initiative by UNITAR, FAO and CTA. Participants are selected from key partners such as CARDI, CORAF, the Eastern Africa Farmers Federation (EAFF), NEPAD, RUFORUM, and SPC to name a few. The aim is to build capacity within these organisations in order to facilitate the mainstreaming of Web2.0 and Social Media within their operations.
Follow-up assistance is granted by embedding trainees in dedicated online communities of peers and offering further support for institutional adoption.

Read more about CTA’s
impact study including examples of how participants are applying their new skills.


Did you attend a Web 2.0 and Social Media Learning Opportunity? Were you satisfied? If so you may cast your vote since the initiative has been shortlisted under category 13 “ICT applications: benefits in all aspects of life (C7) E-agriculture” in the context of the 2013 WSIS Award.

“WSIS Project Prizes” is a unique recognition for excellence in the implementation of WSIS outcomes. The initiative is an immediate response to the requests expressed by WSIS stakeholders during the WSIS Forum 2011: to create a mechanism to evaluate and reward stakeholders for their efforts in the implementation of WSIS outcomes. The WSIS Project Prizes are an integral part of the WSIS Stocktaking Process that was set up in 2004 (Para 120, Tunis Agenda).

Article originally published on the web2fordev website: The Web2.0 and Social Media big bang

]]> Autres nouvelles Sun, 24 Feb 2013 09:11:38 +0000 Opportunité de stage : Marketing http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/161-internship-opportunity-at-cta-marketing-programme http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/161-internship-opportunity-at-cta-marketing-programme

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) est une institution internationale regroupant les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne (UE). Notre mission est d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’accroître la prospérité et de favoriser une gestion optimale des ressources naturelles dans les pays ACP. Nous donnons accès aux informations et connaissances, facilitons le dialogue politique et renforçons les capacités des institutions et des communautés en matière de développement agricole et rural.

Nos partenariats précieux avec des instances ACP nationales et régionales sont au cœur de la réalisation de notre mission. Nous travaillons également avec un réseau important d’instances ACP-UE issues des secteurs public et privé ainsi qu’avec des organisations internationales à travers le monde.

Fonctions

Sous la responsibilité et la supervision du Marketing Programme Coordinator, vous serez en charge des activités suivantes :

  • Études de marché, notamment:
    • L’évaluation de l’impact du bulletin d’information électronique mensuel de CTA Publishing sur les commandes/téléchargements.
    • Groupes cibles, sondages et questionnaires en ligne afin de récolter des opinions sur le magazine Spore.

  • Médias sociaux:
    • Aider au développement d’une politique de médias sociaux pour le CTA, notamment au niveau du marketing.
    • Aider au développement et à la mise en œuvre d’un plan de marketing au niveau des médias sociaux pour le CTA.
    • Aider à l’organisation et au suivi de campagnes dans les médias sociaux.

  • Création de matériel de marketing adapté:
    • Briefer les agences sur le travail à accomplir, notamment en ce qui concerne la publicité, les produits de marketing et les campagnes.
    • Assurer un suivi régulier avec l’agence et le project manager.

  • Compilation du bulletin d’information mensuel.
  • Participation à l’organisation, à la promotion et au soutien d’événements si nécessaire.
  • Participation aux autres activités quotidiennes de marketing si nécessaire.
  • En tant que membre de l’équipe de marketing, formulation d’opinions et d’idées et soutien.

Qualifications et expérience

  • Diplôme universitaire/Master en marketing, communication, administration des affaires ou dans une discipline liée.
  • Récemment diplômé, âgé de 22 à 29 ans.
  • Si possible 1-2 années d’expérience dans le marketing des médias sociaux.
  • Créatif pouvant travailler en équipe ou individuellement.
  • Passion pour un travail de haute qualité dans un contexte de tâches multiples et de délais serrés.
  • Flexibilité, motivation et bonne communication.

Les candidats intéressés sont priés d’adresser les documents mentionnés ci-dessous à burke@cta.int avec en copie internship@cta.int et d’indiquer dans leur courriel, l’objet suivant  “Marketing Internship Application”:

  • Curriculum vitae
  • Copie scannée du ou des diplôme(s) universitaire(s) / certificats pertinents
  • Lettre d’une page expliquant pourquoi le candidat s’estime apte à contribuer à la mise en place de projets et ce qu’il/elle attend de ce stage. La date de la première disponibilité doit également être spécifiée.
  • Deux lettres de recommandation et/ou références.
  • Le candidat doit avoir moins de 30 ans.

Autres détails sur le stage

  • Durée: Six (6) mois renouvelable une fois
  • Lieu: Wageningen, Les Pays-Bas
  • Assurance accident et maladie: pour la durée du stage
  • Rétribution: 800 € (détenteur d’un Bachelor) à 1 000 € (détenteur d’un Master).
  • Voyage international à partir du pays d’origine: frais non couverts par le CTA

Délai pour introduire sa candidature : 4 janvier 2013

]]> Autres nouvelles Wed, 05 Dec 2012 09:20:44 +0000 Emerging voices in ICT and agriculture in the ACP (New publication) http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/157-emerging-voices-youth http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/157-emerging-voices-youth

book cover ardyis The new booklet published by the Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA ACP-EU) features 20 young people and three organizations, that have been involved in the CTA youth project called ARDYIS (Agriculture Rural Development and Youth in the Information Society).

In addition to portraying authors and highlighting their perspectives on youth involvement in agriculture using ICTs, the document presents summaries of best essays submitted for the contest «Youth finding solutions to challenges in agriculture and rural development using ICTs!», organised in 2010; it also presents the results of the Youth in Agriculture Blog Competition (YoBloCo Awards) completed in 2012.

Submissions received demonstrated that many young people are ready to strengthen their involvement in agriculture and are using ICTs to contribute to enhance it.
Agriculture in African, Caribbean and Pacific (ACP) countries faces many challenges. While youth unemployment is critical in most countries, many young people perceive agriculture as an unattractive career option. It is therefore evident that a well supported agricultural sector, strengthened by the use of new information technologies, would present an ideal solution. Agriculture has to become more attractive, viable and offer the youth improved opportunities for income. It is this that CTA supported youth related initiatives aim to bring about.

CTA’s own experience tells that among the young people whose contributions are highlighted in this booklet are the future leaders of ACP agricultural and rural development. Some of them are already making a difference in their communities and they will certainly achieve more in the future. They are the ones to watch!

The publication is available for download in pdf format (2,9 Mo) from here and a print version will be available shortly.

The "Agriculture, Rural Development and Youth in the Information Society" (ARDYIS) project is a CTA initiative which aims to improve opportunities for youth in agriculture and rural development through the use of ICTs. It is implemented in collaboration with an Advisory Committee composed of several ACP organisations: FARA (Forum for Agricultural Research in Africa); AYF (African Youth Foundation); ANAFE (African Network for Agriculture, Agroforestry and Natural Resources Education); Yam Pukri Association; PAFPNet (Pacific Agriculture and Forestry Policy Network); CAFAN (Caribbean Farmers' Network).

For updates on the ARDYIS project activities, follow us on Facebook.

(CTA/Ardyis project, October 2012)

]]> Publications Wed, 03 Oct 2012 16:28:43 +0000 ARDYIS activities at IAALD Africa 2012 http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/145-ardyis-iaald-2012 http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/145-ardyis-iaald-2012

On the occasion of the 2012 Conference of the African Chapter of the International Association of Agricultural Information Specialists (IAALD) the ARDYIS project implemented by CTA will organize a series of activities, including the prize giving ceremony of the YoBloCo Awards and a workshop:

  • 20 May: One day consultative meeting on: “Using ICT to strengthen youth opportunities in agriculture and rural areas”;  impacts and lessons learned from the YoBloCo Awards as well as perspectives of participants and partners on ARDYIS activities will be discussed during that workshop;
  • 22 May: Presentation of a paper on “Blogging to enhance agriculture: results and findings of the Youth in Agriculture Blog Competition (YoBloCo Awards)”, during the IAALD Conference; (Ken Lohento and Giorgio Bellinzas)
  • 22 May: Prize giving ceremony of the  YoBloCo Awards, during the Gala Dinner of the IAALD Conference
  • 23 May: Organization of the second meeting of the Advisory Committee of the ARDYIS project.
  • 23 May: IAALD Panel Discussion on  e-Agriculture in Africa: Prospects, Challenges and Lessons Learned (Ken Lohento, panelist).

Some of these events are pre or post-conference events and other are part of the official conference activities, in partnership with IAALD Africa 2012 organizers.

 

About 30 participants will be taking part in ARDYIS specific activities. These include young bloggers from ACP countries (winners and runners-up of YoBloCo Awards, from the individual or institutional category), ARDYIS Project’s Advisory Committee members, representatives of CTA and of other organizations interested in youth, ICT and agriculture.

Participants are nationals of the following countries : Barbados (Caribbean), Belgium (EU), Benin (West Africa), Burkina Faso (West Africa), Cameroon (Central Africa), DR Congo (Central Africa), Fiji (Pacific), Ghana (West Africa), Italy (EU), Kenya (East Africa), Madagascar (East Africa), Mauritius (East Africa), South Africa (Southern Africa), Trinidad and Tobago (Caribbean), Uganda (East Africa), United Kingdom (EU) and Zimbabwe (Southern Africa).

Apart from ARDYIS Advisory Committee members’ institutions, organizations present include: Organization of the African Youth (OAY), FAO, ICT4D Jamaica, SangoNet, International Livestock Research Institute (ILRI), GIC Bellomar, Agribusiness Society of the University of West Indies, Farming and Technology for Africa (FTA), Shiriki Organization, Conseil Régional des Riziculteurs du Mono et du Couffo, Savannah Young Farmers Network (SYFN).

 

Participants sponsored by CTA (including YoBloCo winners and runners-up) are also sponsored to attend all sessions of the IAALD Africa 2012 Conference. The theme of the conference is “e-Agriculture for Improved Livelihoods and Food Security in Africa”. The conference will draw attendance from professionals and experts involved in the application of information and communication technology (ICT) in the rural domain, with a primary focus on agriculture (e-Agriculture), from both inside and outside Africa.

All these events will take place in Johannesburg, South Africa, from 20 to 23 May 2012. The ARDYIS project was launched two years ago, in May 2010.

 

More information on the YoBloCo Awards : http://ardyis.cta.int/yobloco

More information on the IAALD Africa 2012 Conference : http://www.iaald-africa.org/conferences/2012/

]]> Prix Thu, 17 May 2012 06:54:43 +0000 Innovation des jeunes à Apps4Africa http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/133-youthful-innovation-at-apps4africa http://ardyis.cta.int/fr/actualites/autres-nouvelles/item/133-youthful-innovation-at-apps4africa

Eric Mutta, Tanzanie« L’innovation fonctionne bien pour les grandes entreprises, mais il n’est pas aussi simple pour un entrepreneur isolé d’obtenir de la reconnaissance », déclare Eric Mutta, un développeur de logiciels dont la dernière application lui a permis de remporter le concours Défi Climat organisé par Apps4Africa. Mais c’est au travers de l’innovation des jeunes que l’Afrique trouvera des solutions aux problèmes à long terme.

Les communautés de familles rurales et celles dont la subsistance est directement impactée par les caprices du changement climatique peuvent grandement bénéficier d’une meilleure utilisation des TIC afin d’alléger la pauvreté et de trouver des méthodes d’agriculture durables. Pour ne pas laisser les étrangers prendre le pas en matière d’innovation, les développeurs et entrepreneurs de tout le continent ont travaillé sur des systèmes mobiles et Web s’attaquant au changement climatique de manière créative. Cette créativité a été récompensée par le département d’État américain en charge des affaires africaines à l’occasion du concours Défi Climat d’App4Africa. Les lauréats d’Afrique de l’Est ont été annoncés le 14 janvier 2012 lors d’une cérémonie haute en couleurs à Masindi, Ouganda.

Les lauréats

La première place est revenue au tanzanien Eric Mutta, 29 ans, pour son application « The GrainyBunch » qui a de larges implications en faveur de la sécurité alimentaire et économique de tout le pays. Il s’agit d’un système de gestion de l’approvisionnement du secteur céréalier qui surveille l’achat, le stockage, la distribution et la consommation de céréales sur l’ensemble du territoire. Eric s’est lancé dans la programmation il y a treize ans et a travaillé sans relâche sur des projets toujours plus ambitieux : depuis un service de rencontres par sms qui, à l’apogée de son succès en 2010, comptait 10 000 membres, jusqu’à son application primée GrainyBunch. « J’ai appris que l’innovation fonctionne bien pour les grandes entreprises mais qu’il n’est pas aussi simple pour un entrepreneur isolé d’obtenir de la reconnaissance. Dans le passé, j’ai dû consacrer beaucoup de temps à convaincre les gens et à leur expliquer la portée de mes applications. Comme ils disent, « nul n’est prophète en son pays, mais ma défiance a payé. » Avec les 15 000 dollars US qu’il a remportés, il prévoie d’embaucher un programmeur et de continuer à développer des applications destinées à résoudre les problèmes de société. « Maintenant, je dois trouver comment transformer 15 000 USD en 15 milliards USD en quinze ans », dit-il d’un ton amusé.

La deuxième place pour l’Afrique de l’Est a été attribuée à MkulimaCalculator, du Kenya, une application visant à aider les agriculteurs à déterminer la date de plantation ainsi que le choix des cultures les mieux adaptées en fonction des données climatiques et météorologiques observées. L’application se concentre sur les cultures les plus courantes dans le pays : haricots, maïs, pommes de terre, riz et blé, à l’aide des données nationales publiées par la FAO. Les données climatiques sont issues des données du centre météorologique de Nairobi enregistrées entre 1940 et 2008.

Dans un entretien avec eLearningAfrica, Jonathan Gosier, directeur produits pour SwiftRiver sur Ushahidi et fondateur d’AppAfrica, a déclaré qu’il était impressionné par le niveau des participations au concours. « Le concours dure encore deux mois pour les personnes d’Afrique australe, mais nous avons reçu plus de deux cents applications pour les secteurs Afrique de l’Ouest/Centrale et Afrique de l’Est du concours. » Et il semble que ceux qui sont entrés en lice n’étaient pas des imposteurs. « Le niveau était vraiment très élevé ! » dit Jonathan Gosier. « Environ la moitié des candidatures étaient plus que de simples idées ; il s’agissait en fait d’applications développées par les participants, mais nous acceptions également les idées. »

Ce fut le cas avec le troisième prix, remporté par l’Ouganda pour le projet Agro Universe. Cette application mobile et Web sert de place de marché pour les récoltes en mettant en contact les communautés dans le besoin et celles qui ont des produits à leur offrir. L’équipe de dix personnes n’a pas encore développé l’application, mais avec les 3 000 USD remportés, il sera plus facile de transformer l’idée en réalité.

L’impulsion en faveur de solutions internes

Il est important que les solutions et stratégies d’atténuation relatives au changement climatique soient formulées par les Africains eux-mêmes. Pour Jonathan Gosier, « chaque pays du monde doit trouver le meilleur moyen d’avancer en période de changement et de tension. Les pays d’Afrique ne sont pas différents : ils ont leur mot à dire concernant leur avenir. Les Africains doivent eux-mêmes proposer ces solutions, car elles doivent tenir compte de l’impact à long terme sur la société ainsi que des gains à court terme. Elles doivent également être durables car malheureusement, nombreuses sont les solutions proposées par les ONG étrangères qui, faute de tenir compte du concept de développement durable, n’ont qu’un impact à court terme. »

Sélection des gagnants

Il n’a pas été facile pour le jury de décider quelles TIC étaient porteuses d’espoir. Jonathan Gosier explique que le comité était constitué d’experts techniques, de spécialistes du climat, d’entrepreneurs sociaux et d’éco-activistes du monde entier. Les critères pris en compte par les juges pour sélectionner les gagnants étaient, entre autres, le potentiel d’évolution du projet au-delà du pays où il a été développé, la focalisation sur le thème du changement climatique et l’adaptation à ce changement, et l’impact que le développeur de l’application a cherché à créer. En plus d’incarner ces idéaux, les applications gagnantes montrent de quelle manière les jeunes développeurs Africains exploitent les TIC pour créer des solutions durables aux défis environnementaux actuels.

l'article original a été publié ici: http://www.elearning-africa.com/eLA_Newsportal/innovation-des-jeunes-a-apps4africa/
]]> Autres nouvelles Fri, 03 Feb 2012 11:59:08 +0000 Prix YoBloCo, catégorie individuelle: Résultats de l’évaluation publique! http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/132-yobloco-public-results http://ardyis.cta.int/fr/activites/prix/item/132-yobloco-public-results

Suite à l’évaluation publique des blogs soumis aux Prix YoBloCo, nous avons le plaisir d’annoncer les noms des 15 finalistes pour la catégorie individuelle. Nous avons enregistré au total  2214 votes, de la part de  2080 personnes (certains votants ayant accordé leur suffrage à deux blogs) et plus de 600 commentaires sur les blogs de la catégorie institutionnelle. Nous tenons à remercier tous les votants pour ces résultats éloquents et pour leur soutien.

Dans l’ordre hiérarchique, voici donc les 15 finalistes pour la catégorie individuelle:

  1. Sourou Hervé Appolinaire NANKPAN (http://www.agrobenin.com/) [FR]
  2. Hudson Wereh (http://wwwinfonet-biovision-wereh.blogspot.com/) [AN]
  3. Anne Matho Motsou (http://annematho.wordpress.com/) [FR]
  4. Grace Wanene (http://yagrein.blogspot.com/) [AN]
  5. Nawsheen Hosenally (http://nawsheenh.blogspot.com/) [AN]
  6. Gaston Kwa (http://cornerstonesfordevelopment.blogspot.com/) [AN]
  7. Hasina Patrick RAKOTOARISOA (http://www.agrijeune.freeiz.com/) [FR]
  8. Jean-paul Luesso Amuri (http://bujajeunesseagri.wordpress.com/) [FR]
  9. Inoussa TRAORE (http://traoreinoussa.blogspot.com/) [FR] [ce blog n'est plus en compétition]
  10. Itodo Samuel Anthony (http://poeticfarmer.wordpress.com/) [AN]
  11. Wend Yam Saturnin ZOETYANDE (http://blog.fasoferme.net/) [AN]
  12. Kwesi Acquah (http://landghana.blogspot.com/) [AN]
  13. Michael Boampong (http://www.michaelboampong.com/) [AN]
  14. Anthony Mwangi (http://youngagropreneur.wordpress.com/) [AN]
  15. Tarirai Mpofu (http://tarirai.blogspot.com/) [AN]
  16. Seyoum Ayalew (http://foodsecuritysm.wordpress.com/) [AN]


Les votes ont été soigneusement vérifiés par un comité composé de représentants du CTA et de deux représentants d’institutions membres du Comité Conseil du projet ARDYIS (Yam Pukri, Secrétariat de la Communauté du Pacifique).

Mais les Prix YoBloCo continuent!

Un jury indépendant composé d’experts en agriculture et en TIC aura désormais la tâche  d’évaluer la qualité des blogs finalistes et de sélectionner les gagnants pour les deux catégories du concours.
Nous avons aussi le plaisir d’annoncer que, outre les trois personnes qui seront primées, deux autres finalistes dont les blogs auront été appréciés par le jury mais qui n’auront pas été sélectionnés comme lauréats, recevront un prix spécial du CTA. Les lauréats seront annoncés en mars.
Nos chaleureuses félicitations aux finalistes, mais également à toutes les personnes qui ont pris part à la compétition. Celle-ci a été très serrée mais nous sommes heureux que les commentaires reçus confirment que l’évaluation publique a été bénéfique pour les participants. En effet, comme l’a indiqué un candidat sur le blog officiel des Prix YoBloCo:

« Nous avons observé un accroissement important des visites [de notre blog] avec plus de 40% de liens entrants à partir du site de ardyis.cta.int »


Et un autre participant indique:

« Nous avons eu depuis le début de l’évaluation des blogs (…) plus de 465 visiteurs, la majeur partie provenant de Ardyis, Facebook et Google. Ce concours a permis de mettre en évidence nos travaux de réflexion dans le domaine de l’agriculture. Nous avons eu, nous aussi, des sollicitations d’étudiants qui préparent leurs mémoires dans le domaine (…) et avons même une commande d’une étude de faisabilité pour l’implantation d’un complexe agropastoral. »

En outre, dans la période des votes (05 au 31 décembre 2011) le blog officiel des Prix YoBloCo (basé sur WordPress) et la page de vote pour la catégorie individuelle (créée sous Joomla) ont reçu respectivement 1899 et 3774 visites.
Nous espérons donc que même ceux qui n’ont pas été sélectionnés ont vu leurs blogs mieux promus. Ces données et retours d’expérience sont très encourageants. Si vous avez d’autres  témoignages ou commentaires, merci de les partager avec nous.

Félicitations encore aux finalistes et bonne chance pour le reste du processus.

Les Prix des meilleurs blogs sur jeunes et agriculture (YoBloCo Awards) ont été lancés par le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE (CTA), en collaboration avec FARA, Yam-Pukri, CAFAN, AYF, ANAFE, PAFPNET/SPC. Ils visent notamment à mettre en lumière les enjeux, les réussites et les difficultés rencontrées par les jeunes travaillant dans le secteur agricole et à encourager la production de l’information et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information par les groupements de jeunes agriculteurs et les organisations intéressées par la question des «Jeunes dans l’agriculture». Pour plus d’informations, consulter http://ardyis.cta.int/yobloco/.

]]> Prix Wed, 25 Jan 2012 13:58:20 +0000 Les jeunes des ACP prouvent l’accommodation entre l’agriculture et les TIC http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/90-les-jeunes-des-acp-prouvent-l’accommodation-entre-l’agriculture-et-les-tic http://ardyis.cta.int/fr/ressources/publications-cles/item/90-les-jeunes-des-acp-prouvent-l’accommodation-entre-l’agriculture-et-les-tic

Le concours de rédaction du CTA sur les jeunes, le développement rural et les TIC a été une expérience qui a mis aux prises des jeunes de divers pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Son intérêt est qu’il renseigne sur des expériences de beaucoup pays. Un membre du jury en l’occurrence Annie Chéneau - Loquay  par ailleurs directrice de recherche au CNRS et responsable de l’Observatoire Africa’NTI (projet de recherche sur les modes d'insertion, les usages et les impacts des technologies de la communication en Afrique) a décliné les enseignements qu’on peut tirer de ce concours.

 

Quel peut être l’apport des TIC dans le développement agricole ?

C’est une question qui n’est pas évidente parce que dans le milieu rural, il y a cette fameuse question de  fracture numérique. Les gens sont moins équipés en mobile et on peut bien se demander comment ces outils peuvent aider l’agriculture ? Mais l’agriculture comme toutes les activités humaines est basée sur la connaissance et l’information. Par exemple, Maureen, une des finalistes du concours d’écriture ARDYIS,  a donné l’exemple d’un jeune en Ouganda qui s’est mis à l’agriculture après avoir regarder une émission télé qui faisait la promotion de l’agriculture fruitière dans son pays. Cette émission lui a permis de savoir qu’il y avait une forte demande des fruits dans son pays qui n’était pas satisfaite. Donc il obtenu une information par la télévision et puis il a tenté l’aventure. Puis,  il a commencé à chercher, à s’informer sur les variétés de la culture fruitière. Il est, ainsi rendu dans un télécentre où il a cherché  sur des bases de données et trouvé des informations sur les plantations fruitières qu’il a essayé d’appliquer dans le démarrage de sa plantation. Egalement pour vendre ces fruits, il avait besoin de savoir comment et à qui il pouvait les vendre. Donc il a téléphoné à un certain nombre de gens pour s’informer sur ces questions. Son téléphone mobile lui a donc servi à avoir accès à un marché plus large pour vendre ces produits.
Pour la gestion de l’eau par exemple, il y a des propositions de faire des cartes de potentialités agricoles avec le Global Position System (GPS). Il est possible de combiner l’utilisation du GPS et les  connaissances propres des agriculteurs.

Y-a-t-il des enseignements qu’on peut tirer du travail des jeunes ?

Il y a eu  quelque chose de frappant dans le travail des jeunes. Dans l’ensemble des écrits, on s’aperçoit d’un paradoxe. Il montre que d’une part l’agriculture est  quelque chose de difficile, avec de multiples  problèmes techniques. Aussi que c’est une activité qui est souvent dévalorisée aux yeux de beaucoup de gens. En plus, il y a ce problème d’accès aux TIC. Mais quand même le fait de pouvoir avoir ces technologies  qui permettent de s’informer, d’avoir un meilleur accès au marché, de connaitre de meilleurs plants entre autre, peut inciter des jeunes à revenir à l’agriculture. Surtout qu’on doit considérer à travers le travail des jeunes que l’agriculture est une activité qui a de la valeur et qui peut être promue.

Avez-vous remarqué une différence entre la perception des jeunes et celle des experts sur le rôle des TIC dans le secteur agricole en Afrique ?

C’est une très bonne idée d’avoir donné la parole aux jeunes. J’ai été très intéressée et enthousiaste d’analyser les 42 dossiers qui nous ont été soumis et venant du monde entier.
En ce qui concerne la perception de la problématique, il faut dire que  l’expertise se nourrit du terrain. Mon expertise se nourrit de mon expérience de terrain et aussi de celle des autres. C’est vrai qu’il y a des expériences que les jeunes ont souligné et que je ne connaissais pas. Donc à partir de ces expériences, l’expert réfléchit à la signification. Nous sommes dans une époque où on raisonne en termes de privé. Et c’est le secteur privé effectivement qui vient installer les téléphonies mobiles et les promeut, mais s’il n’y a pas de politiques publiques  qui suivent, s’il n’ya pas de partenariat élargi  entre les différents types d’acteurs. Il n’y a aura pas de grand changement. Le monde est intégré et il faut des politiques intégrées.

Roukiattou Ouédraogo

]]> Publications Thu, 17 Feb 2011 09:15:54 +0000