Home News Project News
Project news
Project news

Project news (77)

Les pays de l’Afrique sub-saharienne, jadis, connus pour leur forte production en cultures vivrières sont devenus de nos jours importateurs et voire mêmes demandeurs d’aide et d’assistance pour assurer les besoins alimentaires nationaux.

Le Bénin n’échappe pas à cette triste réalité qui trouve sa source dans la survenue de plusieurs phénomènes que sont : la baisse progressive de la fertilité des terres, les changements climatiques, l’insuffisance de facteurs de productions techniques (équipements agricoles, crédits financier ou crédits intrant), mais aussi et surtout la raréfaction de la main d’œuvre, de bras valide capable de travailler et d’assurer avec efficacité les travaux champêtres.

Cet article met en exergue les principales causes de l’exode rural au Bénin de façon générale, et ensuite étudie le cas particulier des conséquences de ce fléau sur la vie économique de Modogan, un village situé dans la commune de Sakété au sud-est du Bénin.

Ces dernières années, le nombre des migrants s’est considérablement accru de par le monde mais aussi à l’intérieur des pays. Les migrants utilisent plusieurs voix et moyens pour atteindre leur « eldorado ». Les autorités des villes ou pays de destination mettent diverses stratégies et instruments de régulation en oeuvre. Le présent article présente une réflexion sur les migrations agricoles au Bénin. Il s’articule autour des causes des migrations, des implications pour le développement et le rôle des TIC dans la migration des jeunes professionnels agricoles.

Contexte économique dans les pays en voies de développement

Le contexte économique actuel des nations africaines présente une situation de pauvreté extrême et traduit de mauvaises conditions de vie et d’existence des populations. Les statistiques officielles révèlent une pauvreté plus accrue en milieu rural. Les politiques, malgré les efforts déployés dans les divers secteurs piétinent et obtiennent des résultats à peine reluisant. L’Afrique subsaharienne quant à elle, est l’une des régions les plus pauvres au monde et la pauvreté semble s’y accroitre (FIDA, 2001).

Quand on parle de migration des jeunes, on pense souvent à leur déplacement vers le milieu urbain ; mais la question pourrait être abordée autrement : pourquoi les jeunes urbains ne retournent-ils pas souvent en milieu rural ? Répondre à cette question nous aidera à identifier les conditions majeures qui freineraient la migration des jeunes vers les milieux urbains. Une chose est certaine les jeunes recherchent des opportunités et l’on ne peut leur refuser de développer des stratégies pour y avoir accès ; que ces dernières leur soient rentables ou pas.



Je suis originaire d’un petit village en France appelé « Toutlemonde ». Je ne suis pas bien que ça ait influencé ma destiné mais le fait est que je suis doublement représentative et de l’exode rurale, et de l’émigration.

A 37 ans, Siriki Ouattara, jeune entrepreneur agricole, respire le bonheur. « En dehors du sel, tout ce que nous consommons sort de mon champ. On a les amendes de karité pour faire le beurre, on fait la culture maraichère pour avoir les légumes, on produit les céréales et les tubercules, on a le lait grâce à mes bœufs. On n’a pas besoin d’acheter grand-chose au marché », confie-t-il visiblement fier.

Au Burkina Faso, comme partout ailleurs dans le monde, la recherche d’une vie meilleure pousse chaque jour de nombreux jeunes à quitter les campagnes pour rejoindre les villes. Mais Siriki Ouattara, pour trouver son bonheur, a fait le chemin inverse.

Today on International Youth Day 2013 I would like to dedicate this post to all of my peers, the young professionals aspiring to become someone in the ICT4D field. 

In his latest blog, Ken Banks from Kiwanja.net makes a very strong, yet realistic, criticism of the ICT4D field. According to him, over a decade has gone by with very little significant change in the field, and questions that rose in the beginning have not yet been answered:

Happy International Youth Day 2013! IYD is celebrated every year by the UN on the 12 August. The theme for this year is ‘Youth Migration: Moving Development Forward’.

We asked young students and professionals in agriculture to share with us their experiences and insights about youth migration and its relation to Development. We particularly invited them to discuss rural-urban migration and emigration phenomena.

25 youths, coming from all corners of the Caribbean took part in the ARDYIS Web 2.0 Training and Exchange Workshop from 27-31 July 2013 at the University of the West Indies in Cave Hill, Barbados. The event was organized by CTA and CAFAN in the framework of the YoBloCo Awards.

From the beginning of the workshop, the excitement was palpable among the young Caribbean youths. Everyone remarked on the high quality of the training session and we were very excited to learn new skills and even more thrilled to be able to share them with other youth in our organizations back in our home countries.

«StartPrev123456NextEnd»
Page 4 of 6
 

Focus

ICT and Youth in Agriculture in Africa (Report)